Mesdames et Messieurs les journalistes,

Mesdames et Messieurs,

C’est avec un immense plaisir que je vous souhaite la bienvenue dans ce haut lieu de la création, ce bijou architectural qu’est le Grand Théâtre national de Dakar. Je voudrais vous saluer et surtout vous remercier, bien vivement, de votre réponse massive à mon invitation.

Je voudrais aussi vous informer que je tiendrai dorénavant des rendez-vous réguliers entre le Ministère et les Médias, car je suis convaincu que c’est dans l’échange et la communication que nous arriverons à mieux remplir les missions qui nous ont été assignées.

En me faisant la confiance de me porter à la tête du Ministère de la Culture, le Chef de l’Etat m’a instruit d’avoir deux prémisses comme fil conducteur:

1°) d’une part, la promotion de la richesse de la diversité culturelle de notre pays,

2°) d’autre part, l’obligation de faire en sorte que les artistes puissent vivre de leurs créations et de leurs arts.

J’ai souhaité cette rencontre pour partager avec vous et, par votre intermédiaire, avec les populations de notre pays, le fruit de la réflexion que j’ai engagée avec le Ministère pour déterminer un programme prioritaire d’intervention dans le domaine de la Culture déclinant des actions articulées à la vision de son Excellence Monsieur le Président de la République et à la Déclaration de politique générale du Premier Ministre.

Cette réflexion a été formalisée par un récent séminaire résidentiel qui a permis de faire un état des lieux des structures en charge de la mise en œuvre de la politique culturelle nationale, à savoir les Services centraux du Ministère, les Directions nationales, les Etablissements et Sociétés placés sous-tutelle et les Centres culturels régionaux.

Un diagnostic approfondi a permis d’identifier un certain nombre de difficultés et de dégager quelques exigences fondamentales. Il nous faudra:

  • créer un environnement culturel favorable pour stimuler la création;
  • promouvoir la diversité des expressions culturelles;
  • renforcer la dimension économique de notre patrimoine et de notre culture,

tout cela dans le cadre de la territorialisation de la politique culturelle du pays. Il s’agira notamment:

  • d’éviter la dispersion des efforts financiers et des moyens logistiques, pour les rationaliser et les mutualiser;
  • d’inscrire l’action culturelle dans la politique de développement des pôles régionaux;
  • de consolider le rôle des Centres culturels régionaux dans la mise en œuvre de la politique culturelle nationale, en s’appuyant sur les réalités locales et régionales;
  • d’inventorier les spécificités du patrimoine national et des expressions culturelles dans tous nos terroirs,
  • de répondre aux importants besoins de formation et de renforcement des capacités des acteurs culturels et des personnels de la Culture, en particulier des jeunes et des femmes.

C’est partant de cette vision et du diagnostic réalisé que j’entends mobiliser mon Département sur trois axes prioritaires d’intervention pour 2013:

1°) La mise en place de la Société de gestion collective

A ce sujet, la difficulté que nous connaissons est que la loi du 25 janvier 2008 sur le droit d’auteur et les droits voisins n’a pas encore été appliquée. De ce fait, on notera l’absence d’une gestion collective des nouveaux droits à savoir droits voisins et rémunération pour copie privée. La mise en œuvre de cette loi est devenue impérative pour deux raisons essentielles:

- Premièrement, les artistes doivent pleinement être associés à la gestion de leurs droits,

- Deuxièmement, l’introduction de la redevance sur la copie privée et de la rémunération équitable vont générer d’importantes ressources financières au bénéfice des artistes, de leurs ayants-droits et de l’Etat. Pour la mise en place de la Société de gestion collective prévue par la loi, j’ai décidé de reconduire le Comité de pilotage initial qui va procéder à la rédaction finale des propositions de textes d’application, au plus tard le 31 janvier 2013.

2°) L’élaboration d’un Statut des artistes

Cet objectif prioritaire vise à en finir avec la précarité qui est signe d’un certain sous-développement, d’une société qui laisse ses artistes dans un état de dénuement déplorable. Il s’agira de faire de l’artiste un travailleur «normal» régi par les mêmes règles et les mêmes droits que tout autre travailleur, en termes de protection sociale et de retraite. Il faudra lui redonner toute sa place dans sa fonction sociale. Ceci engendrera bien entendu des devoirs, notamment ceux qui s’attachent à sa qualité de contribuable.

La réflexion sur le Statut des artistes sera également prise en charge par le Comité de pilotage de la Société de gestion collective élargi à diverses compétences: le ministère de la Fonction publique, le ministère de l’Economie et des Finances et les structures de gestion des pensions de retraite (IPRES et FNR). Ce comité devra produire, au plus tard le 15 mars 2013, un document de termes de référence pour l’organisation d’une large consultation.

Notre objectif est d’accompagner les artistes et les acteurs culturels pour qu’ils s’organisent et soient parmi les premiers à bénéficier de nouvelles politiques sociales de son Excellence Monsieur le Président Macky SALL, à savoir la couverture maladie universelle et, le cas échéant, la bourse familiale.

3°) La valorisation de la diversité culturelle

L’objectif fondamental, ici, est de montrer au plan national que notre pays regorge d’expressions, de pratiques et de produits culturels qui fondent l’appartenance identitaire de chacune de ses composantes et qui en sont l’émanation.

Confortés par les dispositions des Conventions adoptées par l’UNESCO respectivement en 2003 et 2005, nous élaborerons un programme national de stimulation de la créativité qui consistera à identifier, avec les communautés de base, dans chaque département, dix (10) expressions et produits culturels représentatifs. Ces expressions et produits seront documentés et promus sur différents supports de communication (site Internet du Ministère, Télévision nationale et autres médias).

Une compétition sera alors organisée au niveau de chaque région pour sélectionner les produits représentatifs de la région.

Ce processus culminera avec l’organisation d’un grand événement national destiné à la mise en valeur desdits produits.

J’ai retenu de proposer la Région de la Casamance pour le démarrage du programme de promotion et de valorisation de la diversité des expressions culturelles locales. Le début de la campagne est prévu dans le premier trimestre de 2013. L’ensemble des structures du Ministère apportera son appui à la réalisation du projet.

Il s’agira aussi de promouvoir notre diversité culturelle à l’international. A cet effet, j’ai décidé de remettre en place le Commissariat aux expositions d’art à l’étranger.

Tout cela nous mettra en marche vers la mise en œuvre de manifestations culturelles d’environnement du XVème Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie que notre pays aura l’avantage d’accueillir en 2014.

Afin de garantir les chances de succès des axes que je viens de décliner, s’impose la nécessité:

  • d’adapter la structure du Ministère aux exigences et ambitions actuelles (révision de l’organigramme, prise en compte de nouveaux champs d’intervention (cultures urbaines, coopération culturelle internationale, etc.),
  • d’apporter une réponse appropriée aux besoins de structuration, de formation et de professionnalisation,
  • de s’appuyer principalement sur les ressources financières internes, dont il faut assurer une utilisation optimale et des économies d’échelle,
  • travailler en synergie par le biais de la mutualisation des moyens humains, pour en finir avec le travail en vase clos de chaque segment. Des objectifs seront assignés aux différentes entités et un dispositif d’évaluation mis en place.

En conclusion, permettez-moi de réaffirmer un principe fondamental qui guidera mon action: la raison d’être du Ministère de la Culture réside dans la connaissance et la valorisation de notre riche patrimoine à travers la promotion de la diversité culturelle et le soutien aux acteurs qui font vivre la Culture au quotidien. Je veillerai donc à ce qu’il en soit toujours ainsi.

Je vous remercie et me tiens à votre disposition pour répondre à vos questions.

Site By People Input