La 4ème édition de la Journée de la renaissance africaine célébrée à Dakar
03 Avril 2018

La 4ème édition de la Journée de la renaissance africaine célébrée à Dakar

La Journée de la renaissance africaine, 4ème du genre, instituée sur décision de l’Union africaine (UA) a été célébrée, mardi 3 avril, au Monument de la renaissance de Dakar. 

«La renaissance africaine est un projet mobilisateur, qui a traversé un pan large de l’histoire et qui constitue comme un programme, toujours mis à jour, de prise en charge permanente de la volonté commune de rappeler la primauté du berceau de Toumaï, terre de fécondation à la fois de l’humanité et de civilisations nombreuses et luxuriantes », a dit le secrétaire général du ministère de la Culture, Birane Niang. 

Pour lui, « il ne s’agit pas de contempler le passé dans ses moments de mémorables gloires, ni de se plaindre des actes hideux subis de long en large du continent, mais plutôt de traduire en philosophie agissante, le besoin de nous affirmer, dans la dignité de nos valeurs et de jouer notre partition dans le concert mondial ». 

Il a remis pour la première fois, le prix du jeune écrivain de la renaissance africaine à la poétesse Mame Famew Camara pour son recueil de poème «Une flamme, une vie, une âme ».

La cérémonie ouverte par une parade aux couleurs de différents pays africains s’est déroulée en présence de nombreuses représentations diplomatiques de pays africains. 

La lauréate très heureuse de la distinction remise a eu droit à un trophée du Monument de la renaissance et une enveloppe financière d’un million de francs CFA pour ce deuxième recueil de poèmes après ‘’Si loin, si prêt’’ publié chez ‘’L’Harmattan’’.  

« Qui dit renaissance, dit jeunesse. Le Monument de la renaissance africaine, (…), met-il l’accent sur la promotion de cette couche importante et dynamique de l’Afrique et de la diaspora. C’est la raison pour laquelle est institué le prix du jeune écrivain, prix de la renaissance », a souligné le secrétaire général. 

L’idée d’une telle distinction a été inspirée par le député Mously Diakhaté et feu Ousseynou Diop.

Le prix du jeune écrivain de la renaissance africaine constitue ‘’le cachet nouveau’’ de cette 4 ème édition de la Journée de la renaissance africaine. 

Selon l’administrateur du Monument de la renaissance, le professeur Abdoulaye Racine Senghor qui a lu la préface du livre,  « Mame Famew Camara est une poétesse totale, avec une écriture sobre, dénudée de tout cliché, mais surtout animée par une fine création, résistant sans cesse aux chutes de frisson et au tarissement du verbe ». 

Une dégustation de mets de pays africains (Egypte, Cameroun, Cap-vert, etc.) a mis fin à la cérémonie. 

 

 

Site By People Input