Le Sénégal et la Côte d’Ivoire optent pour la  « construction de réserves africain »
16 Janvier 2019

Le Sénégal et la Côte d’Ivoire optent pour la  « construction de réserves africain »

Le Sénégal et la Côte d’Ivoire ont décidé de construire « des réserves » pour pallier au manque d’infrastructures muséales dans le cadre de la restitution des biens culturels africains décidée par la France.  

Birane Niang, secrétaire général du ministère de la Culture du Sénégal qui a reçu vendredi une délégation ivoirienne envoyée par le ministre de la Culture et de la Francophonie de la Côte d’Ivoire Maurice bandama a estimé important la construction de ces réserves en Afrique. « Nous avons estimé important la construction de réserves au niveau africain pour pallier à l’absence d’infrastructures muséales, parce que construire un musée demande beaucoup de temps alors que construire des réserves dignes de ce nom, qui remplissent toutes les conditions est beaucoup plus facile’’, a dit M. Niang.    

Il estime qu’un certain nombre de « mesures communes » sont arrêtées par les deux pays lors  d’une réunion de travail à huis clos organisée au Musée des civilisations noires avec la délégation ivoirienne conduite par la directrice du Musée des civilisations de Côte d’Ivoire, Docteur Silvie Memel-Kassi. « Nous avons convenu de saisir la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) puisqu’elle a une résolution dans ce sens sur cette proposition de construire des réserves », a-t-il souligné. 

Les deux parties ont retenu « La tenue d’une rencontre des experts pas seulement Sénégalais et Ivoiriens, mais surtout au niveau de la CEDEAO pour faire des propositions concrètes à nos autorités respectives ».

Selon le secrétaire général, « les deux ministres de la Culture du Sénégal Abdou Latif Coulibaly et de la Côte d’Ivoire Maurice Kouakou Bandama avaient estimé qu’il était important que l’Afrique et principalement leur deux pays parlent d’une seule et même voix ». 

Ceci à l’instar de la CEDEAO qui a demandé il y a trois semaines à ses pays membres « de parler de manière concertée » sur cette question de la restitution des biens culturels africains. 

  Du côté de la Côte d’Ivoire un certain nombre d’initiatives ont été prises déjà, selon Mme Silvie Memel-Kassi. 

‘’La Côte d’Ivoire a pris un certain nombre de mesures, notamment, la ratification de deux conventions de l’UNESCO de 1970 et celle de 1995 pour montrer la volonté de notre pays de voir un sol revenir sur son sol ses objets partis pendant la colonisation’’, a fait valoir la directrice. Sur le plan législatif, les lois qui seront bientôt adoptées par l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire sur les sanctions à appliquer aux voleurs d’objets d’art et celle de la création du comité national de restitution chargé de programmer le projet de retour des objets ivoiriens. 

La Côte d’Ivoire va construire aussi « un grand musée digne de ce nom » et « douze musées régionaux ». 

Site By People Input