RESTITUTIONS DU PATRIMOINE AFRICAIN : Bénédicte Savoy et Felwine Sarr en atelier de réflexion à Dakar
15 Juin 2018

RESTITUTIONS DU PATRIMOINE AFRICAIN

Bénédicte Savoy et Felwine Sarr en atelier de réflexion à Dakar

L’économiste sénégalais Felwine Sarr et l’historienne d’art française Bénédicte Savoy, nommés en mars dernier par le président Français Emmanuel Macron ont rencontré, mardi, seize professionnels du patrimoine africains à Dakar dans le cadre de leur mission d’étude sur la question des restitutions des biens culturels répertoriés en France. Des marchands d’art, des critiques d’art, des artistes, des directeurs de musées, galeristes, etc.) ont été invités à réfléchir sur les conditions et modalités des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain aux pays d’origines. « Nous avons échangé sur ce que restituer veut dire. Restituer quoi ? A qui ? Comment le faire ? Ensuite la notion de resocialisation des objets a été discutée car il y a une pluralité de resocialisation des pièces, l’avenir ou la mutualisation était le dernier point des échanges », indique Felwine Sarr.

 S’exprimant lors d’une conférence de presse en fin de journée au musée de l’IFAN, Bénédicte Savoy estime que « près de 5412 objets provenant du Sénégal ont été répertoriés et dans ce nombre, sont comprises les photographies ethnographiques ». 

« Si l’on retranche les photos ethnographiques, on arrive à peu près à 3000 objets de provenance de l’actuel Sénégal », souligne-t-elle. Mais précise Felwine Sarr, « il y en aura largement plus si l’on répertorie toutes les collections nationales françaises ». Felwine Sarr et Bénédicte Savoy ont inscrit dans leur calendrier de travail une rencontre en juillet avec les directeurs de musées français. Selon les deux experts, « le record est détenu par le Cameroun avec un chiffre de 15169 pièces répertoriées au Quai Branly auxquelles, il faut retrancher le matériel iconographique ». 

« C’était extrêmement important pour nous de faire cet inventaire de la qualité et quantité des objets d’origines africaines qui sera en annexe dans notre rapport pour le président Macron afin qu’il pèse avec ses bras le poids de cette présence africaine dans les collections parisiennes et de provinces », a souligné Bénédicte Savoy. 

Site By People Input